forum rpg city utopique basé sur une expérience sociale dans une ville écologique et sortie de nulle part et inventé de toute pièce
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

ouverture du forum le 2/08/2015 les administrateurs vous souhaitent la bienvenue

Partagez | 
 

 the roommate agreement + Alexander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Max S. Inglewood
messages : 104

MessageSujet: the roommate agreement + Alexander   Dim 2 Aoû - 23:49

the roommate agreement
Holding on and take a breath
Alexander ✧ Max
On ne peut pas dire que Max eut vraiment de mal à trouver son logement. Elle eut simplement beaucoup de mal à comprendre le fonctionnement et la logique de la Ville. Mais une fois que les informations principales furent intégrées, trouver le bâtiment A4 de la tranche Sud-Est du Quart Sud-Est de la Ville fut un jeu d'enfant ... Enfin, si l'on veut. Sans doute lui fallut-il une heure pour s'y retrouver, mais elle était finalement devant ce qui allait être son logement pour l'année à venir. Une main sur la porte, elle n'osait toutefois pas l'enclencher. Et si quelqu'un d'autre était déjà à l'intérieur? Si elle ne devait pas vivre seule et si cette personne ne lui plaisait pas? S'ils ne s'entendaient pas? Et si finalement, on lui disait qu'elle n'avait plus sa place ici? Comme si la poignée l'avait brûlée, elle retira vivement sa main, puis secoua la tête. Se poser de telles questions maintenant était stupide, ils ne pouvaient pas la renvoyer après l'avoir acceptée, si? Avec un soupir, la blonde reposa sa main là où elle se trouvait deux secondes plus tôt, puis ouvrit la porte, pour reculer de deux pas. Pas un bruit, cela voulait peut-être dire qu'elle était seule. En se mordant la lèvre, elle franchit le seuil de la demeure.

Laissant courir ses yeux sur le couloir, elle osa un " bonjour?" hésitant, mais qui n'obtint aucune réponse, la confortant dans l'idée qu'elle était belle et bien seule. Avisant une porte à sa droite, elle se retrouva face à la salle de bain d'une taille plus que raisonnable. Retournant sur ses pas, elle continua sur le couloir, pour arriver dans le salon, qui lui fit ouvrir les yeux d'admiration. Elle n'avait jamais vécu dans un appartement aussi grand, se contentant de petits studios très mal éclairés. Les portes vers le balcon, plus qu'imposant, lui donnaient cette impression de lumière, qui était fort agréable. Sans prendre le temps de visiter les autres pièces, la jeune femme s'élança vers ledit balcon, pour prendre l'air frais de cette nouvelle vie qui s'offrait à elle. Et brusquement, elle éclata de rire, sans aucune raison particulière. " C'est fou ce que j'aime ma vie !" Sans doute pourrait-elle rester à observer les bâtiments alentours pendant encore des heures, mais qui savait, un imprévu pouvait bien arriver!  C'est à ce moment-là qu'elle regrettait de n'avoir aucune cigarette pour se noyer les poumons devant une telle vue.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander Gray
messages : 159
emploi : Médecin (aux urgences)
partenaire : Max S. Inglewood

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Lun 3 Aoû - 7:39





The roommate agreement


Max S. Inglewood - Alexander Gray







Maintenant que ma petite inspection sur le lieu de travail était terminée, il était temps de voir ou j’allais habiter et surtout avec qui. J’espérais qu’ils étaient sûrs de ce qu’ils faisaient et que je n’avais pas répondu à toutes ces questions pour me retrouver avec une espèce de folle genre fana de techno-parade, se baladant en petite culotte et musique à fond dans l’appart’. Elle aurait tôt fait de passer par la fenêtre sans toucher terre sinon. Métaphoriquement bien entendu.

Je n’eus pas trop de mal à trouver, tout étant clairement indiqué et rentrais donc dans l’immeuble. Plutôt calme. Un bon point déjà. Pour ce qui était du côté moderne de l’infrastructure et de l’espace, je ne fus pas vraiment étonné. Imaginant mal nous parquer dans des studios façon boites à chaussures empilées et nous proposer ensuite d’être optimum. J’examinais d’abord les lieux communs. Un peu touche à tout afin de m’assurer que tout fonctionnait bien, dans la laverie notamment. Je me demandais qui se chargerait du nettoyage. Pour l’instant il n’y avait rien à redire mais il était toujours bon de savoir à qui l’on avait à faire.

Enfin, je montais voir ce nouveau “chez moi”, ouvris la porte tout en tendant l’oreille afin de percevoir s’il y avait âme qui y vive. Dans le doute, je refermais la porte un peu sèchement afin qu’elle se fasse entendre mais sans pour autant la claquer, histoire de faire savoir que j’étais la. Si vous espériez que je m’esclaffe en un “Helloooow, il y a quelqu’un ?” d’un air guilleret afin de m’annoncer, vous étiez mal tombé avec moi.

Une porte était entrouverte, la salle de bain, je jetais un oeil. Bien, rien à redire sauf qu’il faudrait sûrement la partager avec toutes les joies qui en découlerait puis me dirigeais vers le salon. Un drôle de petit oiseau blond prenait le soleil sur le balcon. “Tiens, cela se fait encore des décolorations comme ça ?” me dis-je avant de toussoter, la prévenant de ma présence.



CSS par Gaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaelle.bbgraph.com/
avatar
Max S. Inglewood
messages : 104

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Lun 3 Aoû - 14:30

the roommate agreement
Holding on and take a breath
Alexander ✧ Max
Les yeux se baladant sur les bâtiments qu'elle pouvait entrevoir de sa fenêtre, Max se plongea dans ses pensées. Encore deux mois plus tôt, elle aurait été loin de s'imaginer que la vie lui donnerait une seconde chance, une chance comme celle-là. Son avenir était, en quelques sortes, déjà tout tracé. Elle aurait sans doute réussi à trouver un travail moyen, un appartement moyen, sans doute même tirant sur l'étroit, et pourtant, elle aurait rêvé à une vie meilleure. Et cette vie-là lui était offerte. A durée limitée, certes, mais alors ? Ce n'était pas vraiment un mal, elle aurait le temps de voir venir quand l'échéance approcherait. Pour le moment, elle était là, et comptait bien en profiter. Son seul regret était sans doute que son père n'était pas là pour voir ça, il aurait été impressionné. Cette Ville, elle lui aurait sans doute plu. Fantasque, belle. Max se demandait comment se passerait son arrivée active dans cette ville. Elle avait hâte de rencontrer d'autres personnes, des personnes comme elle, ou bien différentes mais complémentaires, qui pourraient lui apprendre tant.Certaines personnes, dans sa vie « d'avant » trouvaient que son optimisme, pour tout et dans tout, était quelque chose comme néfaste. Elle ne pourrait jamais aller bien loin en pensant toujours au meilleur sans s'attendre au pire, mais pourtant, être négative dans cet endroit qui semblait, pour le moment, n'offrir que des avantages ne lui semblait pas plus souhaitable.

La jeune femme savait qu'il serait bon d'aller visiter plus en avant l'appartement qui lui avait été donné, mais ne pouvait détacher ses yeux du ciel. Elle n'avait jamais été très ville, ou plutôt, elle n'avait jamais été en bon terme avec la promiscuité et l'étouffement que les grandes villes donnaient. Mais là … Elle se sentait bien. En plein air, sans respirer la pollution à plein nez, et pourtant en pleine ville. Alors elle s'était convaincue qu'elle aurait bien le temps de visiter plus tard... Après tout, elle y resterait l'année à venir ! La première chose qu'elle se demanda était si cet endroit avait un parc. Elle aimait les parcs. Il était décidé qu'elle irait donc à la recherche d'une zone d'herbe et de plantes dès qu'elle en aurait l'occasion. C'est à ce moment-là qu'elle entendit la porte de l'appartement se refermer, et quelques secondes plus tard, un toussotement discret, derrière elle, en provenance du salon. Se retournant brusquement, elle retourna dans la pièce qu'elle avait quitté quelques minutes plus tôt à peine, pour offrir un grand sourire à l'homme qui se trouvait en face d'elle, celui avec qui elle vivrait, sans aucun doute.

La première chose qui la frappa sur cet inconnu qu'elle ne pouvait s'empêcher d'observer – et analyser, sans doute était-ce normal lorsque l'on se présentait à quelqu'un que l'on ne connaissait pas et qui, pourtant, allait faire partie intégrante de notre nouvelle vie à partir de ce jour – était le fait qu'il fasse sans doute bien une tête de plus qu'elle. Max avait toujours été assez petite, et le brun qui lui faisait face lui rappelait que la génétique n'avait pas forcément joué en sa faveur pour cela. Se rappelant qu'elle n'avait pas prononcé un mot, elle s'empressa de tendre la main, d'une façon plus que maladroite. « Hey ! Je suis Max, enchantée ! » La jeune femme espérait sincèrement qu'il finirait par lui serrer la main, parce que sinon, elle passerait pour la pire des idiotes.   « Désolée si j'ai l'air un peu trop enthousiaste, c'est juste que tout ça … C'est assez impressionnant. » Ah, une des facultés premières de Max qui pouvait se révéler très agaçante à la longue était qu'elle s'excusait pour tout et n'importe quoi. Souvent.

La Inglewood se demandait qui était cet homme qui allait habiter avec elle. S'entendraient-ils ou finiraient-ils par se lancer des assiettes à la figure ? Non pas qu'elle soit difficile à vivre, même tout le contraire, mais s'il était du genre à ne pas aimer la musique ? Lorsqu'elle aurait retrouvé une guitare entre les mains, il serait bien obligé de la subir une fois de temps en temps, non ? Et s'il n'aimait pas ça ? S'il préférait le silence pesant ? S'il était du genre calme et solitaire, alors qu'elle se sentait obligée de toujours faire résonner le son de sa voix ou d'un quelconque objet ? Elle pouvait bien faire des efforts, oui, elle ferait des efforts. Sans doute angoissait-elle pour rien.  
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander Gray
messages : 159
emploi : Médecin (aux urgences)
partenaire : Max S. Inglewood

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Lun 3 Aoû - 15:02





The roommate agreement


Max S. Inglewood - Alexander Gray







Je retins un soupire et lui tendis la main à mon tour afin de me présenter mais la poigne fut brève et peut être un peu rude, question d’habitude. Je n’étais pas du genre à m’éterniser lorsque cela ne me semblait pas nécessaire.

- Alexander Gray. Fis-je simplement.

Pour le côté ravi ou enchanté, je n’étais pas encore bien sur que ce serait le cas alors autant ne pas se précipiter. Mais c’est lorsqu’elle m’annonça qu’elle se sentait enthousiaste, surtout qu’il n’était pas nécessaire de me le préciser puisqu’il était difficile de ne pas m’en rendre compte que je fini par soupirer tout à fait. J’avais l’impression que le côté calme et tranquillité que j’avais pourtant précisé ne serait qu’un doux rêve.

- Max ? Juste Max ? Vos parents s’attendaient à un garçon ?

Mais la réponse ne m’intéressait pas outre mesure à vrai dire et j'enchaînais avant qu’elle n’en vienne à me raconter sa vie.

- Il faudra que nous nous arrangions selon nos horaires respectifs pour l’utilisation de la salle de bain puisque, apparemment, nous ne disposons que d’une seule. J’aurais sans doute plus d’informations à ce sujet dès demain. D’ailleurs, il se peut que j’aie des horaires quelque peu décalés, je travaillerai à l’hôpital. Et vous ?

Je m’éloignais un peu, jaugeant de l’appartement puis de la vue via le balcon tout en lui parlant. Les mains croisées dans le dos. Je fini par enlever ma veste, la repliait soigneusement sur mon bras et revint vers elle.

- Et sinon, vous avez déjà choisi votre chambre ? J’aimerais que l’on règle cet aspect au plus vite également.


CSS par Gaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaelle.bbgraph.com/
avatar
Max S. Inglewood
messages : 104

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Lun 3 Aoû - 17:34

the roommate agreement
Holding on and take a breath
Alexander ✧ Max
Alexander Gray. Ce nom lui rappelait un livre qu'elle avait lu plus jeune. Une histoire d'un homme refusant de vieillir, qui avait vu son souhait exaucé d'une façon assez … Spéciale. Ce livre ne l'avait pas spécialement marquée, mais il avait eu l'avantage de lui plaire. Max se demanda brièvement, et avec amusement, si l'homme qu'elle avait en face d'elle était lui aussi de ce genre à souhaiter l'inévitable. Avait-il peur de vieillir, ou peur de mourir ? Qu'est-ce qui le motivait, au fond, à être ce qu'il était actuellement ? Sans doute se posait-elle beaucoup de questions auxquelles elle n'aurait jamais de réponse, mais cela avait l'avantage de ne jamais laisser son esprit silencieux et inoccupé. Après une brève poignée de main, qui s'accordait avec ce que le jeune homme semblait vouloir montrer de lui, il s'interrogea, bien que très rapidement, sur le prénom de la jeune femme, mais avant qu'elle ait pu répondre, il enchaîna. Ce n'était toutefois pas plus mal, elle en avait plus qu'assez de devoir se répéter, et qu'on la croie ou non, la question revenait souvent. Max ? Ce n'est pas un prénom pour un garçon ? Ou un chien ? Qui avait, d'ailleurs, eu un jour l'idée d'appeler son chien Max, c'était totalement idiot ! Si l'on regardait de plus près sur sa carte d'identité, pourtant, il était spécifié qu'elle s'appelait Maxine, prénom qui l'avait toujours fait grincer des dents. Elle ne l'aimait pas, et l'avait donc raccourci, elle n'y voyait, elle, aucun inconvénient, mais cela ne semblait pas plaire vraiment à tout le monde. Ce nom ne faisait pas du tout professionnel, ou adulte, ou même femme, alors qu'elle semblait pourtant ne pas avoir de problème avec la féminité dans son aspect général. Mais soit, une personne de moins à qui elle devrait des explications ne pouvait pas lui faire de mal.

La chose qui la perturba , outre le fait qu'Alexander n'avait pas décroché un seul sourire depuis qu'il avait posé les yeux sur elle, était le ton de sa voix, et sa façon de la vouvoyer. Peut-être parce qu'elle n'avait jamais réellement apprécié cette distance que le vouvoiement mettait entre les gens, elle avait cette impression que dans le cas de son nouveau colocataire, c'était le parfait inverse. Mais elle ne pourrait pas vivre avec quelqu'un qui n'acceptait aucun contact, autant vivre seule. C'est pour cela qu'elle préféra jouer franc jeu dès le départ. « C'est possible d'arrêter de me vouvoyer ? Je sais qu'on ne se connaît pas, mais je n'ai pas cinquante ans, je dois même être plus jeune que toi, et puis, on va vivre ensemble pendant un petit moment, ça finira par arriver alors autant que ça arrive maintenant, non ? » Sa question étant purement rhétorique, elle continua sur celle de son interlocuteur. « Ah, tu es médecin ? Ou peut-être infirmier ? Je vais travailler comme ingénieur du son au centre culturel, pour la salle de bains, je ne suis pas du genre à prévoir quand je vais prendre une douche ou quand j'irais me brosser les dents, mais si ça peut te rassurer tu n'auras qu'à me donner tes horaires une fois ton planning fait, et je m'en accommoderais. » Pour ainsi dire, Max n'était pas la plus énervante des personnes avec qui on pouvait vivre. Elle ne prévoyait rien mais faisait avec tout, ce qui pouvait tout autant être bien vu que mal perçu.

Pendant qu'Alexander regardait autour de lui, la jeune femme, elle, se passait une main dans les cheveux, signe, sans doute, du stress de cette future colocation. Lorsqu'il lui posa la question pour la chambre, elle hésita. « Je n'ai pas encore visité le reste de l'appartement, j'ai dû arriver cinq minutes avant toi. » Comme pour effacer le fait qu'elle n'ait absolument pas pensé à mettre la main sur une chambre, elle se dirigea sur la première porte en face d'elle. Une cuisine, très bien aménagée. La seconde porte qu'elle ouvrit se trouvait être un bureau, donnant directement sur le salon.  Elle ne voyait pas dans quelles circonstances elle pourrait en avoir besoin et décida donc qu'elle le céderait volontiers à Alexander, si lui en voyait une quelconque utilité. Le seul problème, à ce stade de la visite, était qu'il ne restait plus qu'une porte à ouvrir. Les sourcils froncés, elle s'en chargea. Une chambre, simple, sans aucune décoration mais spacieuse. « Je crois qu'il va falloir décider de qui va dormir sur le canapé... » Brillante idée de mettre deux inconnus en colocation, et une seule chambre pour les accueillir. «  Sauf si tu veux qu'on dorme ensemble dès ce soir, mais ça me semble quelque peu précipité. » Elle avait bien entendu dit cette dernière phrase sur le ton de la rigolade, même si elle n'était pas vraiment sûre qu'Alexander soit sensible à toute sorte d'humour, peu importe sa provenance.   
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander Gray
messages : 159
emploi : Médecin (aux urgences)
partenaire : Max S. Inglewood

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Lun 3 Aoû - 21:09





The roommate agreement


Max S. Inglewood - Alexander Gray







Cesser de la vouvoyer ? Je fus d’abord tenté par un : “Non, quelle importance ?” mais au fond, cela partait d’un bon sentiment et j’allais devoir partager les lieux avec elle alors autant ne pas la brusquer et tâcher de me montrer “amical”. Donc pour ce qui fut de la question du vouvoiement je lui répondis que...

- Oui ce sera sans doute possible, nous verrons.

Considérant l’affaire comme réglée pour le moment.

Mais en apprenant dans la foulée qu’elle serait ingénieur du son, du son ! Je ne pus que retenir ma respiration et aussitôt me demander s’il était encore possible de demander à changer de colocataire. Quelque part, je me doutais bien que non, aucune condition ne stipulait ce genre de possibilité. Et puis, si cela se trouvait, elle ne troublerait pas la quiétude des lieux pour autant. Inutile de s’emballer si vite, hein ?


- Je suis médecin. Assigné au service des urgences pour être précis. Faisons comme ça donc, lorsque j’en saurais un peu plus, je vous en ferai part.

La question de l’attribution des chambres n’était pas réglée non plus. Je la laissais donc choisir comme il se doit. Honneur aux dames. Je découvris donc en même temps qu’elle mais de loin ou se situait la cuisine, la aussi je craignais la catastrophe si nous devions la partager et notais mentalement que je devrais me renseignement sur l’existence éventuelle d’une cafétéria dans l’enceinte de l’hôpital. Mais le pire fut lorsque l’une des deux seules autres portes donnait sur un bureau et non sur une chambre. Ceci signifiant immanquablement que nous devions nous contenter d’une seule. Mais quelle était cette expérience au juste ? Une agence matrimoniale usant de moyens expéditifs ? Une blague de mauvais goût ?

- Sans façon, je dormirai sur le canapé. Fis-je sèchement même si ce n’était pas contre elle. Coupant court à toute idée qu’elle aurait pu se faire alors.

Et comme le divan m’était destiné, j’y posais ma veste avant de m’y poser moi-même. Je me frottais l’arrête du nez un instant. Tentant de récapituler. Une colocataire qui risquerait de mettre trop d’ambiance dans l’appart’, même si ce n’était pas encore certain. Une seule chambre. J’allais passer une année sur ce divan ? Non mais ils étaient sérieux la ? Quoi que. Aux urgences, il arrivait fréquemment que je dorme sur place, peut être que je pourrais me débrouiller avec ça.


- Ne vous en faites pas pour la chambre, je m’arrangerai bien autrement.

Je me relevais, allant vers le balcon puis me tournant vers elle, glissant les mains dans mes poches.

- Sinon, comment voyez vous cette cohabitation pour le moins surprenante ? Car je dois vous avouer que j’aime la tranquillité avant tout et je pense qu’il vaille mieux nous arranger pour ça aussi. Comme par exemple, si vous comptez ramener quelqu’un ici pour… enfin vous voyez..


CSS par Gaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaelle.bbgraph.com/
avatar
Max S. Inglewood
messages : 104

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Lun 3 Aoû - 22:16

the roommate agreement
Holding on and take a breath
Alexander ✧ Max
Max n'était pas clairvoyante, mais elle pouvait comprendre dès maintenant que la cohabitation avec l'homme qui se trouvait en face d'elle ne serait pas des plus aisées. De ce qu'elle pouvait en voir, il était tout son opposé. Elle était du genre à exprimer ses sentiments, surtout sa joie, lorsqu'elle la ressentait, lui était plutôt taciturne, fermé. Elle n'avait rien contre, bien évidemment, mais sa première impression était qu'il ne fallait pas trop montrer d'elle d'un coup. Changer ce qu'elle était pour un homme qu'elle ne connaissait pas n'était même pas envisageable, mais attendre quelques jours avant de réellement vivre comme elle avait l'habitude de le faire, avec enthousiasme et énergie, ça, elle pouvait bien s'y résoudre. Aussi, elle hocha la tête, simplement, lorsqu'il lui répondit pour le vouvoiement. Pour sa part, elle ne commencerait pas à le servir à coups de «  vous » et autres politesses, non pas car elle était mal éduquée, mais parce qu'elle avait toujours trouvé ces manières bien plus qu'inutiles, voire handicapantes. Max ne pouvait s'empêcher de se demander si leurs dossiers avaient vraiment été étudiés avant de les mettre ensemble ou s'il ne s'agissait que d'un coup du hasard. Il y avait bien quelqu'un dans cette ville qui lui correspondait plus que cette homme là … Non ? Il devait sans doute être ce qui se rapprochait le plus de son opposé ! Mais finalement, c'était peut-être le but de cette expérience ? Ne pas en ressortir comme l'on en rentrait, mais plus éveillé, différent, plus grand, en quelques sortes ? S'ils avaient décidé qu'Alexander était un bien pour elle, et qu'elle était un bien pour lui, alors peut-être qu'elle devrait penser la même chose ? C'était pourtant dur à avaler directement, il n'y avait pas de doute.

Max sourit. Un urgentiste. Elle n'avait jamais eu beaucoup de contacts avec les médecins, mais elle comprenait mieux pourquoi il paraissait si froid. Ils l'étaient tous, plus ou moins. Lorsqu'elle avait voulu rendre visite à sa mère – bien qu'elle n'ait pas passé le seuil de sa chambre, et que ni elle ni son père n'aient été au courant – elle s'était rendue près du médecin qui s'en occupait. Sous couvert de mots scientifiques qu'elle n'était elle-même pas sûre de comprendre, il avait montré une certaine indifférence au fait qu'il ne restait que quelques jours à sa mère pour vivre encore un peu. Elle lui en avait voulu, quelque part, par peur de s'en vouloir à elle-même, mais elle les comprenait. Ils passaient tellement de temps à voir la mort rôder dans leur hôpital qu'ils ne pouvaient montrer réellement d'émotions. Peut-être même apprenaient-ils à les réprimer, jusqu'à les voir disparaître. Etait-il comme ça, lui ? Sans répondre, la jeune femme hocha la tête.

La réponse, toutefois bien trop sèche, d'Alexander, la fit grimacer. «  T'es pas super réceptif à l'humour toi hein ? T'en fais pas, je rigolais. » Pas facile à dérider, pourtant Max finirait sans doute par s'en donner la mission. Après tout, il fallait bien qu'ils vivent ensemble, si elle devait expliquer chaque trait d'humour qu'elle décidait d'avoir, ce ne serait pas vraiment de la tarte. Elle n'était pas là pour trouver qui que ce soit, mais bien pour se forger une nouvelle vie. Après tout, dans son ancienne, elle n'en avait jamais fait une priorité, ce ne serait pas le cas dans la nouvelle ! S'appuyant sur la table basse, elle hocha la tête. « Ca marche, merci. » Il fallait bien ça, après tout, il lui cédait la chambre, ce qui prouvait déjà qu'il n'était pas aussi fermé qu'il ne voulait le faire croire. Jusqu'où par contre … Ca c'était un mystère qu'elle ne se sentait pas prête à découvrir pour le moment. Elle observa le brun se lever, puis se tourner de nouveau vers elle, ce qui la fit sourire.  « Je ne pense pas que ce soit demain la veille que je ramènerais quelqu'un ici, c'est pas vraiment mon genre. Mais si jamais ça arrive, tu seras mis au courant et si ça ne t'arrange pas, ça ne se fera pas. Si par contre c'est toi qui ramène quelqu'un … Arrange toi pour me le faire savoir je trouverais un endroit où dormir. » La jeune femme était partisane du dialogue. Elle pensait sincèrement que tout pouvait très bien se passer à condition d'en parler avec la personne concernée. «  Je ne suis pas du genre à déranger, le plus souvent, je serais sans doute à l'extérieur de l'appartement, rester enfermée me dérange. Alors que ce soit pour travailler, ou pour faire de la musique... Ce ne sera pas fait ici. Je sais que ce ne sera pas facile, surtout au début, mais si on s'arrange dès le départ pour les tâches ménagères et tout ce qui touche la vie en communauté, ça devrait être plutôt sympa. » Faisant une petite pause, elle fit jouer ses mains sur la table. « La première chose à faire est de séparer tous les espaces de rangement en deux. Ce sera plus simple pour nous de cohabiter si nous avons nos propres espaces, sans tout mélanger. Par contre, je te préviens tout de suite, je suis plutôt maniaque sur le rangement … Je ne supporte pas vraiment de voir des vêtements traîner partout. » Sans doute un de ses plus gros défauts, selon son père, qui était plus que bordélique, quand il le voulait.   
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander Gray
messages : 159
emploi : Médecin (aux urgences)
partenaire : Max S. Inglewood

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Mar 4 Aoû - 10:29





The roommate agreement


Max S. Inglewood - Alexander Gray







Je l’écoutais sans broncher me sortir que je n’avais pas le sens de l’humour. Disons qu’il y avait des moments pour ça. Et puis je n’aime pas laisser planer les sous-entendus, cela n’apporte que des ennuis inutiles et n’engendre que perte de temps et d’énergie pour rien.

- Bien, je préfère que les choses soient claires. C’est chose faite. Et pour ma part, ce n’est pas non plus dans mes projets que de rameuter toutes les filles du coin. Mais c’est noté.

J’esquissais ce qui pouvait se résumer à un rapide sourire en coin. Ce qui m’avait paru le plus compliqué dans cette cohabitation venait de s’arranger de lui même, du moins en partie. Il y avait moyen de parlementer avec elle. De plus, elle ne semblait pas trop compliquée pour une femme. C’était déjà un bon point et mieux parti que ce que je n’aurais cru finalement. J’avais l’assurance qu’elle ne sèmerais pas la pagaille ou du moins, aurait l’amabilité de me prévenir avant. Au fond, je n’en demandais pas plus.

- Ça me va. Glissais-je une fois qu’elle eut terminé. Je ne suis pas non plus partisan du désordre et les tâches ménagères ne me font pas peur. Pas contre, j’imagine que les armoires sont vides. A moins que l’on n’y ait laissé des rations de survie en guise de cadeau de bienvenue…

Je repris possession de ma veste et l’enfilai avant de continuer. Me demandant au passage, si en terme de sens de l’humour, elle comprendrait que j’en étais capable dans certains cas. Contrairement à d’autres qui se pensent être en One-man-show permanent.

- Je propose que l’on fasse quelques provisions. Je m’en charge pour cette fois-ci d’ailleurs si vous voulez. Vous avez besoin de quelque chose de précis ? A moins de vouloir m’accompagner.


CSS par Gaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaelle.bbgraph.com/
avatar
Max S. Inglewood
messages : 104

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Mar 4 Aoû - 14:30

the roommate agreement
Holding on and take a breath
Alexander ✧ Max
Peut-être avait-elle commencé à juger trop rapidement Alexander. C'était une mauvaise habitude qu'elle avait énormément de mal à perdre. Habitude idiote lorsque l'on savait que ceux qu'elle avait toujours devant elle devaient, aux premiers abords, la considérer comme une écervelée heureuse de vivre, mais c'était comme ça. A voir l'esquisse de sourire se dessiner sur le visage de son colocataire, elle s'était peut-être trompée sur lui, ou du moins en partie. Peut-être que ce ne serait pas si herculéen de faire fonctionner les choses ,en fin de compte. Elle ne pouvait en vouloir à personne, après tout, elle-même trouvait la situation un brin stressante : se retrouver vivre avec un inconnu, quel qu'il soit, n'était pas des plus simples, si en plus il se trouvait être ce que soi-même on était pas … Sans doute cela valait-il quelques angoisses nocturnes.

Le plus dur était sans doute de s'arranger. Savoir qui ferait quoi, ne pas avoir à passer derrière l'autre, que ce soit pour le ménage, le rangement ou la vaisselle, ne pas voir les placards se vider sans avoir été prévenu au préalable. Max se souvenait que lorsqu'elle vivait encore avec son père, même s'il était un membre de sa famille, c'était ce genre de détails qui avaient failli faire capoter leur relation … Alors avec quelqu'un d'extérieur, si les limites et les règles n'étaient pas fixées dès le départ, ça risquait vite de devenir ingérable. Avec un sourire, Max hocha la tête.   « Ce serait peut-être un peu trop demandé à la vie Optimum, ça. » Après tout, c'était comme partout, on ne louait pas un appartement avec les placards remplis de nourriture. Mais même au niveau des vêtements il faudrait rapidement qu'elle s'en occupe, mettre les mêmes vêtements pendant une semaine n'était pas dans ses habitudes, et au niveau de l'hygiène … C'était assez limite.

Lorsque le jeune homme enfila de nouveau sa veste, Max se leva. Ce n'était pas dans ses habitudes de laisser les autres faire les choses à sa place, aussi, elle n'eut même pas à hésiter. « Je vais venir également. Ca me permettra de situer les endroits utiles. Et puis … Je reste une femme, vaut mieux pas risquer de se tromper de shampoing. » Avec un clin d'oeil, elle se dirigea avec entrain vers la porte. Sa nouvelle vie était prête à commencer, et elle était persuadée que tout se passerait pour le mieux.  
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander Gray
messages : 159
emploi : Médecin (aux urgences)
partenaire : Max S. Inglewood

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Mar 4 Aoû - 19:02





The roommate agreement


Max S. Inglewood - Alexander Gray







Je la suivis vers la sortie et fermais derrière elle. Tâchant de mettre mes habitudes de côté un instant, j’évitais de dévaler les escaliers quatre à quatre en adaptant mon rythme sur celui de ma colocataire. Arrivés en bas, devant l’immeuble, je marquais une courte pause, sortant le plan. J’avais bien une vague idée d’où se trouvaient les boutiques en me repérant tout à l’heure mais mieux valait être sur.

- Nous devons rejoindre le quartier nord donc. J’imagine que vous n’y êtes pas encore allée non plus ?

En chemin, je songeais à l’aspect pratique de cette sortie mais je ne pu m’empêcher de regarder autour de moi tout en marchant, mains dans les poches, un tic que je gardais depuis l’enfance. J’observais non seulement afin de me repérer et d’éviter à l’avenir de sortir le plan à tout bout de champ mais également parce qu’au final je trouvais cette ville très reposante et appréciais sa disposition. Je tâchais également de saisir quelques visages croisés au passage. Sans forcément les saluer ou alors le minimum social pour l’instant, d’un simple mouvement de tête. Nous étions tous citoyens après tout et seront sans doute amenés tôt à tard à nous recroiser.

Nous passions forcément non loin de l’hôpital et je re-songeais à ma visite de ce matin. Y avait-il eu un peu de laisser aller ou alors étais-je juste mal tombé ? Après tout, nous étions tous récemment arrivés et il fallait laisser le temps à chacun de retrouver ses marques. Je pris une grande inspiration profitant que nous étions encore proche d’un espace de verdure.

- Sinon cela consiste en quoi votre job au juste ?


CSS par Gaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaelle.bbgraph.com/
avatar
Max S. Inglewood
messages : 104

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Mer 5 Aoû - 17:58

the roommate agreement
Holding on and take a breath
Alexander ✧ Max
Marcher, Max adorait ça. Seule ou accompagnée, il n'était pas rare qu'elle parte à l'aventure, visiter des endroits qu'elle ne connaissait pas ou simplement faire le tour de sa ville. Elle connaissait Londres comme sa poche grâce à cela, et c'était un vrai bonheur pour elle de se promener à l'air libre. La jeune femme n'avait jamais été réellement friande des journées télé canapé, même si elle passait beaucoup de temps sur son ordinateur, elle préférait le faire en extérieur. En parlant d'ordinateur, elle se demandait comment elle allait faire pour ses enregistrements … Sans doute devrait-elle racheter un nouvel appareil … Si cela était possible, sans doute Internet n'était pas disponible dans ce coin de monde, quel intérêt, sinon, de changer de vie, si c'était pour garder tous les contacts que l'on avait dans celle d'avant ? Songeuse, elle mit quelques secondes à répondre à la question, pourtant simple, d'Alexander, toujours à ses côtés. Ils étaient sortis de l'appartement, pour commencer à marcher vers le quartier nord, où se trouvait, apparemment, les allées marchandes. L'idéal, donc, pour tout ce qui était vêtements, nourriture, et bricoles utiles à la vie de tous les jours. Démarrant dans cette nouvelle vie avec seulement quelques objets, il était plus que vital qu'ils se ressourcent, que ce soit en terme de nourriture, s'ils ne voulaient pas mourir de faim, ou en terme de produits d'hygiène. « Non je n'y ai pas encore été. »

Max avait quelque peu perdu de sa discussion, chose étrange, sans doute, vue de l'extérieur, quoiqu'assez reposante, mais la jeune femme ne faisait que se créer une liste d'objets à ne pas oublier à l'intérieur de son esprit. Tête en l'air qu'elle était, si elle n'y mettait pas toute sa concentration, elle se retrouverait bien bête sans brosse à dents le soir venu. Et pendant qu'elle réfléchissait, son regard parcourait les alentours, cherchant à se rappeler de tous les détails qu'elle apercevait. Bien entendu, ce ne serait jamais le cas, mais elle pouvait bien essayer. Elle était convaincue que ça ne lui prendrait pas longtemps pour connaître la Société. Du moins, elle l'espérait, pour ne pas avoir à se perdre dès qu'elle devrait se rendre au travail.

« Je m'occupe de la sonorisation de la salle de cinéma et du théâtre au sein du centre culturel. Tout ce qui est réglages, installations, mixage … C'est moi ! » Il était étrange de voir où elle en était arrivée en si peu de temps. Encore le mois dernier, elle était au chômage, un diplôme d'histoire de l'art en poche, et la voilà à travailler dans ce qu'elle avait toujours voulu … En quelques sortes. Une guitare, il fallait absolument qu'elle s'achète une guitare. Souriant à Alex, cependant, elle continua la conversation. «  Et toi, ça fait longtemps que tu es médecin ? » Il avait l'air assez jeune, chose qui l'intriguait. Mais elle ne connaissait pas vraiment le nombre d'années d'études à effectuer pour ce genre de métier, alors elle posait des questions.   
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander Gray
messages : 159
emploi : Médecin (aux urgences)
partenaire : Max S. Inglewood

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Mer 5 Aoû - 21:38





The roommate agreement


Max S. Inglewood - Alexander Gray







- Je vois. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait un cinéma à vrai dire. Encore moins un théâtre mais c’est bon à savoir.

Immanquablement, elle me retourna la question d’une certaine manière. Je fouillais un peu dans ma mémoire, rebondissant sur le début de mes études, période qui aurait du être parfaite mais qui, au contraire, me laissais un sale goût dans la bouche. Je me renfrognais un peu, me maudissant d’avoir posé cette question, j’aurais du me douter qu’elle en ferait de même. Mais soit, allons jusqu’au bout puisque j’avais lancé les hostilités.

- Environ deux ans. Mais comme je n’ai pas suivis le cursus traditionnel, je me suis assez vite retrouvé dans le bain. Les stages, l’internat, les études de cas. Le tout durant cinq ans. Pour finir les années de postgraduate training. Autant dire que je baigne dans cette ambiance depuis pas mal de temps, une dizaine d’années pour être exact. Vous savez tout.

Pour un résumé de C.V., c’en était un à ne pas en douter. J’avais par chance pu sauter une année ce qui me permis d’atterrir plus tôt que prévu en plein délire. A 17 ans à peine, l’un des plus jeunes stagiaires, on pouvait dire que j’en avais pris plein les dents au début mais je ne me laissais pas faire. Sans doute que c’est à cette époque que j’ai commencé à me forger. Les heures longues et éprouvantes, la maladie, la souffrance, la mort elle-même rodant dans ces couloirs aseptisés, toujours à l'affût d’une erreur d'inattention. La fatigue aussi. La rage qui prend aux tripes lorsque l’on échoue. On en bavait tous. J’avais été un bon élève mais pas un étudiant facile, piquant au vif mes professeurs, à la limite du renvoi parfois. Mais côté travail fournis, rien à dire.

J’étais conscient d’avoir été un peu la bête noire vis à vis de mes collègues. Trop perfectionniste, intransigeant, froid, machiavélique même selon certains. Et d’ailleurs, je me demandais d'où leur venait cette idée. Parce que je ne fraternisais pas, parce que je n’étais pas à la machine à café à perdre mon temps à écouter les ragots ou à rire bêtement avec les infirmières, parce que curieusement je n’en n’avais culbuté aucune (ni aucun infirmier non plus), parce que plutôt que de compter les jours, je ne comptais pas les heures.

Et pourtant ce travail c’était moi, ma vie, ce qu’il m’en restait. Il avait balayé tout le reste. Une vie de famille, des gosses peut être, des vacances à la mer chaque été. La méditerranée, la mer de mon enfance, dix ans que je n’y étais plus retourné préférant m’enfermer derrière d’autres murs blancs que ceux des villages de Crète. Sauvant ceux qui pouvaient encore l’être. Me maudissant de ne pas avoir été la.


Merde, j’allais trop loin ! Je passais une main dans mes cheveux, trop longs n’est-ce pas ? Pas sérieux pour un médecin. Qu’importe. Je revenais sur la blondinette à mes côtés, elle devait me trouver bien silencieux tout à coup ou bien n’avait-elle même pas remarqué qu’en l’espace d’une minute, j’avais parcouru des années.

Nous étions enfin arrivés à la galerie marchande, je revenais dans le concret, quittant ces fichus souvenirs. N’étions nous pas ici afin de changer ce qui devait l’être après tout ?

Je m'apprêtais à l’ouvrir comme à mon habitude, avec l’intention de diriger les opérations et d’aller à l’essentiel mais pourquoi au fond. J’observais les devantures des magasins à portée de vue avant de me décider de nouveau à parler.


- Je vous laisse décider, par ou commençons nous ?


CSS par Gaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaelle.bbgraph.com/
avatar
Max S. Inglewood
messages : 104

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Ven 7 Aoû - 18:00

the roommate agreement
Holding on and take a breath
Alexander ✧ Max
Max n'avait jamais été du genre stressée. Elle pouvait se montrer quelques peu hyperactive lorsque quelque chose la perturbait, à ne pas pouvoir se poser cinq minutes, mais le stress à proprement parler, jamais. Même son nouveau travail, qu'elle commencerait dès le lendemain, ne la tourmentait pas outre mesure. Elle aurait peut-être dû, ç'aurait été totalement normal après tout, mais non. Pourtant, elle n'avait jamais exercé le métier qu'elle décrivait à Alexander. Bien entendu, elle avait suivi une formation, mais rien de concret, et elle aurait été en droit de se dire qu'elle n'en avait aucunement les capacités, ce qui, pourtant, ne lui avait pas traversé l'esprit une seule seconde. Peut-être était-elle trop confiante, un péché parmi d'autres. Ou bien était-elle bien trop heureuse de son nouveau départ que l'idée même de se méprendre sur la voie à suivre ne lui avait pas traversé l'esprit. Vraisemblablement, cette deuxième option lui semblait la plus propre à son caractère. Hochant la tête à la réponse de son interlocuteur, elle décida tout de même de continuer dans les questions. Après tout, elle pouvait bien essayer de le connaître un peu pour commencer, non ? « Tu aimes le théâtre ? » Dans son « ancienne vie » - si l'on pouvait l'appeler comme cela – elle côtoyait principalement des intermittents du spectacle, des musiciens, des acteurs. Pas des plus connus, certes, mais elle s'était faite tout un carnet d'adresses d'artistes, qui pourrait sans doute lui servir une fois de retour à sa brusque réalité. Mais elle aurait le temps d'y réfléchir d'ici là, pour le moment, ce n'était pas à l'ordre du jour, il faudrait déjà que tout se passe bien durant cette année, professionnellement parlant.

Se concentrant de nouveau sur son colocataire, elle écouta avec attention son explication sur le parcours professionnel qu'il avait eu. Il avait donc dû entrer en formation assez jeune. Max hocha la tête, ne sachant pas vraiment que dire de plus sur le sujet, se demandant comment elle aurait réagi si, tout juste sortie de son adolescence, elle avait dû faire face à ce genre de situations. Il fallait dire qu'elle n'était pas réellement friande des hôpitaux. Peut-être dû au souvenir de sa mère, ou plus généralement car elle avait l'impression que lorsque l'on y rentrait, il était plutôt dur d'en sortir. Plus une impression personnelle, cela dit, rien à voir avec les médecins en règle générale, elle admirait leur capacité à pouvoir gérer ce genre de travail sans qu'il ne les avale tout cru. Elle, elle ne le pourrait sans doute pas, que ce soit médecin ou travailleur social, la misère, la mort, elle était trop empathique pour réussi à le supporter sur une trop longue durée. Sans doute finirait-elle par se suicider, elle pourtant si heureuse de vivre. Aussi, son métier lui convenait bien, et heureusement.

Alexander et Max ne tardèrent pas à arriver aux allées marchandes, leur pas étant plus ou moins rapides. Puis, il fallait être honnête, une fois que l'on avait compris le fonctionnement de la ville, se repérer n'était pas le plus difficile, loin de là. Devant eux se dressait des dizaines de sections de toutes sortes, qui auraient faits pâlir d'envie n'importe qui un peu trop porté sur le shopping. Max n'était pas vraiment de ceux-là, elle ne disait pas non pour aller faire les boutiques une fois de temps à autres, mais c'était loin d'être son sport favori ! La jeune femme haussa les épaules. «  Le plus important pour le moment, c'est la nourriture et l'utilitaire. » Sur ces mots, la jeune femme se dirigea dons vers le premier étage, comme les panneaux l'indiquait.

  
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander Gray
messages : 159
emploi : Médecin (aux urgences)
partenaire : Max S. Inglewood

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   Ven 7 Aoû - 22:51





The roommate agreement


Max S. Inglewood - Alexander Gray







- Le théâtre, quand j’étais gamin oui. Mais cela fait un bout de temps que je n’y ai plus mis les pieds.

Et quelque chose me disais qu’ici, j’en aurais peut être l’occasion. Bien que je me voyais mal aller rire à gorge déployée devant une comédie mais si ils proposaient des sujets plus sérieux, pourquoi pas.

Cela devait donc signifier que l’organisation de la Société avait du être calculée avec méthode mine de rien. Pour non seulement rassembler tant des techniciens du spectacle que les artistes eux-même, et en suffisance qui plus est. Et si… Je me demandais tout de même. Puisque qu’il nous est possible de choisir une autre voie et d’y être formé à notre arrivée… et si les artistes présumés s’étaient mis à choisir autre chose au final ? Si, malgré leurs calculs, un secteur d’activité pourtant nécessaire viendrait à manquer d’effectifs. Et si, au fond, nous n’étions pas aussi maîtres de nos choix que nous le pensions. Ou mieux encore, si la Société avait pu prédire ces choix...

Nous avions sans doute tous été contactés de la même manière ou du moins à peu près. Et mis au courant de cette expérimentation en des termes similaires, à savoir très peu de chose au final. Mais pourquoi nous ? Etions-nous choisis au hasard ? C’est ce que j’ai pensé au début mais voyant à quel point le moindre grain de sable dans leur mécanique bien huilée pourrait fiche une bien jolie pagaille, lancer une telle expérience en ne se basant que sur le choix incertain et fait au jour même de l’entrée peut s’avérer dangereux.

Et si je n’avais pas choisi la même voie ? Ni moi ni mes autres collègues par exemple ? Ni médecin, ni infirmière. Y aurait-il eu aucunes prestations médicales ? Pareil dans d’autres domaines, pas de nourriture ? Des services manquants ? Cela me suscitait pas mal de questions tout ça.

Bref.

Nous nous étions donc lancés dans ce qui se nomme le plus communément du monde, les courses. Je proposais à Max de tenir le caddie, et fit selon sa décision. Vivant seul depuis pas mal de temps déjà, c’était là une corvée habituelle, pas vraiment rébarbative, juste nécessaire. Cependant, je n’avais que rarement pris autant mon temps pour le faire.

Arpentant les allées, je pris ce qui me semblait utile. Les objets de première nécessité pour ce qui concernait l’hygiène mais hésitant tout de même à acquérir un rasoir. Mmm… peut être plus tard.

Nous sommes ensuite passés à tout ce qui touche la nourriture et les denrées d’aspect pratique. Et surtout ô surtout, ne pas oublier le pain en tranches. Absolument nécessaire à ma survie. Ainsi que tout ce qui allait avec.

Je laissais ma colocataire faire ses choix en attendant, observant distraitement ce qui passait du rayon au caddie.


CSS par Gaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaelle.bbgraph.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: the roommate agreement + Alexander   

Revenir en haut Aller en bas
 
the roommate agreement + Alexander
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ⅲ — NOS PARTENAIRES
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» F.T. d'Alexander Blake
» Alexander Caldin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Made up life :: 
La Ville
 :: 
quart sud-est
 :: 
Habitations
 :: 
Tranche Sud-Est
 :: 
Bâtiment A4
-